Année : 2009 Support : Papier Vélin d'Arches 270 g/m2
Technique : Sérigraphie Éditeur : Les Éditions Anagraphis Sérigraphe : Philippe Viala Passages Couleurs : 11 Orientation : Verticale Dimension : 50 x 70 cm
Tirage : 200 + 35(EA)
Signée : oui Numérotée : oui

Œuvre créée et éditée pour le voeux de la mairie de Saint Denis (93)
 

Isabelle Marsala par elle-même

            Je suis née en 1958 dans une famille d’italiens de Tunisie au bar de L’Arrivée à la Courneuve. Et hop !

            Une vraie passion de l'enfance à l'adolescence : le théâtre. Et aussi j'écoute beaucoup de musique. 

            À 18 ans, je m'installe définitivement (?) à Montpellier avec mon premier appareil photo et mes premières images : des portraits pour la plupart.

            Dans les années 80 démarre l'aventure Vinyl avec Guy Barral, magasin de disques et label indépendant de 45 tours, cela me permet de créer sans vergogne pochettes de disques, affiches et photos de groupes de rock.

            Je peins aussi des dizaines de photomatons, des autoportraits pour la plupart, l'idée est : je peux être toutes !

            En parallèle je cumule tout ce que je peux apprendre sur l'image : sérigraphie, imprimerie… je suis même projectionniste de cinéma pendant 2 ans. J'écoute quand même beaucoup de musique.

            En 1988, c'est décidé y'a plus que la peinture. Je travaille avec d'autres peintres montpelliérains, sétois et autres, nous exposons beaucoup.

            Dans cette dynamique, je fonde en 1994 avec Jean-Paul Bocaj : l'Atelier du Garage. Cet endroit « magique » nous permettra des échanges croisés entre peintres, plasticiens, comédiens, musiciens, stylistes, éditeurs, danseurs…, la création avec Raymond Salvaje des éditions Le ventre et l'œil et avec Jean-François Raynal du Vrac.

            10 années de photos peintes : mes modèles sont mes amies, je les prends en photo, j'en développe de grands tirages sur lesquels je peins à l'acrylique des narrations très colorées.

            En 1999 : Stop. J'en ai assez de raconter des histoires ! Il me faut resserrer l'émotion, me recentrer sur l'essentiel. Je cherche, je trouve les huiles, les pigments, les papiers. Techniques pures et grossières qui m'imposeront un dénuement et une rigueur dans le sujet et son traitement qui me conviennent encore… à ce jour. Et tant qu'il y a la musique !

Pas de video disponible